Les Huit Salopards (critique)

Les Huit Salopards
Les 8 Salopards, 2016

Les Huit Salopards, huitième film de Quentin Tarantino (Django Unchained, Pulp Fiction…), avec Samuel L. Jackson, Kurt Russel, Jennifer Jason Leigh, Walton Goggins, Tim Roth…

Les Huit Salopards

Synopsis des huit salopards : Quelques années après la fin de la guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth fait route vers la ville de Red Rock où il doit livrer à la justice sa prisonnière, Daisy Domergue. Ils rencontrent sur la route le major Marquis Warren, un ancien soldat de l’Union devenu lui aussi chasseur de primes et Chris Mannix, qui se présente comme étant le nouveau shérif de Red Rock. Alors qu’ils sont surpris par le blizzard, ils trouvent refuge dans un relais de diligence où se trouvent déjà quatre autres personnes : Bob, qui s’occupe du relais en l’absence de la propriétaire, Oswaldo Mobray, le bourreau de Red Rock, le conducteur de troupeaux Joe Gage et le général confédéré Sanford Smithers. Coincés par la tempête, les huit voyageurs vont s’engager dans une série de tromperies et de trahisons (source : Wikipedia).

Critique Yokerann :

Je suis un fan des films de Tarantino, donc j’attendais impatiemment Les Huit Salopards. Les acteurs sont parfaits, l’histoire est originale (façon Cluedo, en huit clos), et les images sont très belles. J’aime particulièrement le personnage de Chris Mannix (Walton Goggins), le soi-disant futur shérif de la ville. Du début à la fin, on ne parvient pas à cerner son camp, s’il est sincère ou pas. Ce qui est également intéressant, c’est d’avoir fait un film de Western dans un environnement auquel on n’est pas habitué (à savoir dans le désert enneigé du Wyoming) et pour la plupart du film dans une auberge (huit clos). Les codes sont les mêmes, de longs plans, des scènes “lentes”, etc. Mais c’est bien ce que je reproche au film. Il est bien trop long. J’ai bien aimé le début, qui traîne mais dans le bon sens, on apprend à connaitre les personnages, etc. Mais vers la fin, malgré l’histoire qui s’emballe, j’ai senti le coup et j’avais envie qu’il se  termine. Bref pour conclure, c’est un très bon film  (Western), mais un peu long. Il reste en dessous d’un Django Unchained, ou d’un Inglorious Basterds. À voir pour les fans de Tarantino, sinon il n’est pas indispensable.

les huit salopards

Si cette critique vous a plus n’hésitez pas à lire notre article sur les oscars 2016 ou ceux du blog cinema.

 

1 commentaire sur Les Huit Salopards (critique)

  1. Le film commence et voilà a peu près 1 heure de passée et je m ennuie! Le film est long trop long ! J’ai un peu peur de passer le reste du film à m ennuyer mais soudain je retrouve toute l atmosphère de tarentino enfin le film commence !!! Et là c’est l’apothéose jusqu’à la fin !!! Ouf!! J’ai failli ne pas aimer!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*